ARTS DÉCORATIFS (16H)

unnamed

La quête de l’or blanc. Faïence et porcelaine en Europe depuis le XVIe siècle

 

Depuis l’ouverture de la route des Indes à la fin du XVe siècle, les importations de porcelaine chinoise en Europe deviennent de plus en plus nombreuses et font l’objet d’un commerce important. Au cours de la Renaissance, les expérimentations se multiplient dans le but d’imiter cette porcelaine. Les potiers développent la faïence, une terre-cuite recouverte d’une glaçure stannifère qui lui donne un aspect blanc et brillant. A partir de la fin du XVIe siècle, des résultats approchants sont obtenus en Italie, à Florence, puis en France, à Rouen et aux alentours de Paris. On l’appellera porcelaine tendre car elle ressemble à celle de Chine sans en avoir ni la dureté ni la sonorité. Mais il faudra attendre le début du XVIIIe siècle pour qu’enfin le chimiste Johann Friedrich Böttger découvre la formule de la porcelaine dure associée à la localisation d’un gisement de kaolin, dans la région de Saxe en Allemagne. Son secret éventé, la fabrication de la porcelaine se répand en Europe où les manufactures se multiplient dans de nombreux états. Cette production se poursuit aujourd’hui dans l’Europe entière.

 

Heure : LE VENDREDI DE 12H30 À 14H30

Dates : DU 12/02/2021 AU 23/04/2021

Prix : 75 € (+ 30 € pour une carte d’accès aux collections permanentes des MRAH toute l’année), soit 105 € à verser sur le compte de l’IRSHAAB BE37 3101 3003 2428 (BBRUBEBB)

Professeure : Valérie Montens